Actualités

Exercice sécurité le 6 juillet

 
 
Exercice sécurité le 6 juillet

Simulation d’événement de tuerie de masse

En cas d’attaque terroriste, le facteur temps est l’élément déterminant pour limiter le nombre de victimes. Les forces de sécurité doivent pouvoir faire face avec leurs propres moyens, à tous les types d’actions terroristes et disposer à cet effet d’un haut niveau de préparation et de coordination pour intervenir.

 

La réalisation d’exercices est donc une nécessité pour renforcer l’efficacité des dispositifs opérationnels et faire face aux phénomènes susceptibles de mettre en danger nos concitoyens.

 

C’est pourquoi la préfète du Gers a supervisé vendredi 6 juillet 2018 un exercice organisé par la Direction Départementale de la Sécurité Publique du Gers, simulant un attentat terroriste faisant de nombreuses victimes au sein de deux bâtiments situés pour l’occasion au lycée agricole Beaulieu à Auch.

Le scénario de l’exercice : un groupe de 3 terroristes lourdement armés fait irruption dans l’enceinte du lycée agricole et ouvre le feu sur les enseignants et les élèves qui se trouvent dans la cour. Ils pénètrent tout à tour dans deux bâtiments avant d’être neutralisés par les forces de l’ordre. Lors de la sécurisation des lieux, un engin explosif improvisé est découvert dans une classe et nécessite l’intervention du service de déminage de Toulouse.

 

Cet exercice s’est déroulé de 9 h 30 à 11 h 30.

 

Les objectifs de l’exercice : l’exercice a permis de tester :

 

- la rapidité avec laquelle l’événement a été caractérisé ;

- la chaîne d’alerte et la rapidité de mobilisation des moyens ;

- l’organisation de la chaîne de commandement et de la remontée de l’information ;

- la capacité à réagir des primo-intervenants et des fonctionnaires habilités ;

- l’action collective et la coordination entre la Police Nationale, la Gendarmerie et le GREX (groupe d’extraction) des sapeurs-pompiers

- la maîtrise des nouveaux équipements et des techniques d’emploi des armes tout en progressant en milieu hostile ;

- l’interopérabilité des moyens de transmission interservices.

 

Les acteurs de l’exercice :

 

- la préfecture du Gers

- la direction départementale de la sécurité publique

- le groupement de gendarmerie du Gers

- la police municipale d’Auch

- l’antenne du RAID de Toulouse (informée mais non présente sur site)

- le service de déminage de Toulouse (informé mais non présent sur le site)

- le service départemental d’incendie et de secours du Gers

- le parquet près le TGITribunaux de grande instance d’Auch

 

 

Les moyens mis en œuvre : 103 personnes tous services confondus ont été mobilisées pour cet exercice dont :

 

- 25 personnels pour la Police Nationale dont un psychologue clinicien

- 4 policiers municipaux

- 16 personnels pour la Gendarmerie : brigade et Peloton de Surveillance et d’Intervention de la Gendarmerie

- 20 sapeurs-pompiers du SDISService départemental d'incendie et de secours 32

- 25 figurants issus des services de la Gendarmerie, de la Direction Départementale de la Sécurité Publique, de la Préfecture, du Lycée Beaulieu

- 8 personnels de la préfecture,

 

Mme la préfète, Mme le procureur de la République, le maire d’Auch et son adjointe à la sécurité et M. le directeur du lycée agricole Beaulieu étaient présents.

 

 

Bilan :

 

Cet exercice a atteint ses objectifs pour ce qui concerne l’alerte, l’organisation du commandement, la coordination des moyens engagés, la sécurisation de l’espace, la centralisation et la validation des informations.

 

La sécurisation du site permettant aux secours d’intervenir pour prendre en charge les victimes, dans ce type de situation, est un élément essentiel où la coordination et le phasage des opérations entre les primo-intervenants, forces spéciales et groupe d’extraction sont primordiaux.

 

Un retour d’expérience «  à chaud » a été réalisé sur le site avec l’ensemble des services impliqués. Une autre séance sera organisée début septembre afin d’analyser en détail les enseignements à retenir de cet exercice.