Evénements

Cérémonie de commémoration de la victoire du 8 mai 1945

 
 

A l'occasion du 70e anniversaire de la libération du territoire et de la victoire de la liberté, l’État a décidé de rendre un hommage solennel à une génération entrain de s’éteindre (c’est la spécificité de cet anniversaire décennal, le dernier pouvant encore s’appuyer sur une « mémoire vivante »)

1700 légions d’honneur seront ainsi remises.

Dans le Gers, il y a 10 récipiendaires.  

Georges LABESCAT (né le 27/08/1923 à Montégut, dans les Landes)

Monsieur LABESCAT s’engage dans la Résistance, dans les Forces Françaises de l’Intérieur,  au sein du Bataillon de l’Armagnac, du 06 juin 1944 au 20 août 1944, date à laquelle il est blessé au combat d’Estang.

Monsieur LABESCAT poursuit ensuite avec le 158° régiment d’infanterie, jusqu’en août 1945, avec le grade de sergent-chef. Il sera de nouveau blessé lors d’une mission en service commandé en août 1945. Il rejoindra ensuite en 1947, le corps des sapeurs pompiers forestiers des Landes où il œuvrera jusqu’à sa retraite en 1979, en qualité de chef de centre dans la commune de Saint-Justin (40).

Louis, Abel LASMEZAS (né le 29/03/1925 à l’Isle de Noe)

Monsieur LASMEZAS a souhaité, très jeune, à 17 ans, rejoindre l’Angleterre via l’Espagne. Il a été arrêté en Espagne et interné durant trois mois. Libéré, Monsieur LASMEZAS arrive enfin à embarquer pour le Maroc et s’engage alors dans la Marine française. En mars 1944, il parvient à rejoindre Londres où il sert alors dans les services de renseignements jusqu’au 17 mai 1944. A l’issue, Monsieur LASMEZAS part pour l’Ecosse pour des missions secrètes.  Il embarque ensuite sur « la Surprise » du 1er avril 1945 au 1er septembre 1946, en qualité de premier opérateur. Il a été démobilisé à cette date et a pu rentrer enfin dans le Gers, retrouver les siens.

Jacques, Jean, Lucien CASTEX (né le 24/06/1926, à Auch)

Monsieur Jacques CASTEX possède un parcours militaire exemplaire. Engagé volontaire en 1944 lors de la deuxième guerre mondiale à l’âge de 18 ans, il participe à la campagne d’Allemagne de la première Armée Française. Il est blessé le 29 janvier 1945 à Pfastatt. Il est cité à l’ordre du régiment.

Il est titulaire de nombreuses médailles acquises lors de son engagement. Monsieur CASTEX s’est impliqué de nombreuses années dans le monde associatif au sein de l’association « Rhin et Danube », dans laquelle il a été secrétaire général et vice-président départemental.

Pierre, Jean ANGLEZIO (né le 18/09/1923 à Margouet-Meymes).

Monsieur ANGLEZIO entre à 20 ans en résistance, dans les Forces Françaises de l’Intérieur, en premier lieu dans le Bataillon Simon puis, dans le Bataillon Gaston. Il y restera jusqu’à la Libération de la France. Il choisit ensuite de s’engager dans l’Armée française et fait l’école des cadres de Tarbes, en 1945. Il a enchaîné ensuite les affectations, le menant avec sa famille de Toulouse, à Lyon, Douai… Militaire exemplaire, il a participé à la Guerre d’Indochine, et aux conflits d’AFN. Au terme d’une riche carrière, il a été radié des cadres le 6 janvier 1961. Monsieur ANGLEZIO a servi la  France avec bravoure et dévouement.

Jean LAPOUTGE (né le 25/09/1924 à Tillac).

Monsieur LAPOUTGE est entré en résistance dès 1941, à l’âge de 17 ans, dans l’Armée Secrète. Le 6 juin 1944, il intègre le Corps Franc Pommiès (CFP) et participera à la bataille de l’Isle-Jourdain. Il poursuit ensuite au sein du 49° régiment d’infanterie. Il a fait la campagne d’Autun, des Vosges puis il est entré dans Stuttgart.

Il a été cité à l’ordre du régiment et décoré de la croix de guerre.

Maire de Tillac pendant 36 ans, il est trésorier honoraire du CFP. Il a également occupé les fonctions de président de la coopérative agricole mirandaise et de Juge au Conseil des Prud’hommes d’Auch. Il a été membre de la Chambre d’Agriculture du Gers.

Charles AGNONA (né le 04/07/1924 à Cazaubon).

Monsieur AGNONA ne se soumet pas à la convocation pour le service du travail obligatoire (STO) car, dès le 1er mars 1943, à l’âge de 18 ans, il est déjà engagé très jeune  dans les Forces Françaises de l’Intérieur, au sein d’un groupe qui formera le  Bataillon de l’Armagnac (4° Compagnie). Il poursuit ensuite au sein du 158° régiment d’infanterie. Il a participé aux combats d’Estang, Aire-sur-Adour et l’Isle –Jourdain, à la libération des poches de l’atlantique puis a continué sur la campagne d’Allemagne. Il a été démobilisé le 16 mars 1946, à Toulouse.

Président délégué de l’Union Départementale des Combattants Volontaires de la Résistance du Gers (UDCVR) pendant 10 ans, jusqu’en 2006.

Il est actuellement porte-drapeau du réseau « Victoire » et continue d’honorer de sa présence les cérémonies.

Pierre, Robert, Edmond PERE (né le 28/04/1924 à Paris)

Réfractaire au STO, monsieur PERE s’est engagé dans la Résistance, dans le bataillon de l’Armagnac, au sein duquel il a participé aux combats d’Estang, d’Aire-sur-Adour et de l’Isle Jourdain (1° Compagnie). Engagé ensuite au 158° régiment d’infanterie puis au 49° RI, il a combattu sur le front de l’Atlantique à Royan, sur la Seudre, à la Tremblade et sur l’Ile d’Oléron, ce qui lui a valu deux citations à l’ordre de la demi-brigade comportant l’attribution de la Croix de guerre.

Il est correspondant du Comité d’Histoire de la Seconde Guerre Mondiale pour le Gers et la zone Est des Landes.

Gérard, Arthur, Lucien BENETRIX (né le 12/02/1923 à Vic-Fezensac).

Monsieur BENETRIX a été un résistant actif dès 1942, à 19 ans, en cachant des stocks d’armes et munitions au profit du Bataillon de l’Armagnac. Il a rejoint

les forces du Colonel Hilaire et a participé au combat de Castelnau sur l’Auvignon.

Monsieur BENETRIX a  été ensuite incorporé au Bataillon de l’Armagnac en juin 1944 puis a poursuivi au sein du 158° régiment d’infanterie. Il a été démobilisé le 15 octobre 1945.

Maurice SAUM (né le 10/08/1914 à Barran).

Monsieur SAUM est mobilisé le 25/08/1939 et intègre le 15° Régiment d’infanterie alpine (RIA). Il est capturé par l’armée allemande le 12/06/1940 à Saint Valéry en Caux. Il est alors déporté au stalag et connaîtra quatre camps différents dont Rawa - Ruska. Il est d’ailleurs l’un des derniers survivants du camp disciplinaire Rawa-Ruska. En août 1942, il arrive à s’évader mais est repris simultanément.

Il sera prisonnier pendant près de cinq années. Monsieur SAUM sera libéré le 18 avril 1945 par les Alliés.

Clément GUTIERREZ-ORTEGA (né le 26/04/1925 L’Isle Jourdain).

Monsieur GUTIERREZ-ORTEGA a servi dans les Forces Françaises de l’Intérieur, au sein du Corps Franc Pommiès jusqu’au 22 août 1944. Il a ensuite été affecté au service régional des transmissions de Toulouse et a réalisé une belle carrière militaire, exemplaire, en qualité de sous-officier dans l’armée de terre, spécialisé dans la mise en œuvre des systèmes d’information et de communication militaires. Monsieur GUTIERREZ-ORTEGA a participé activement à la guerre d’Indochine puis à la guerre d’Algérie. Il a été radié des cadres en 1977.